Nouvelles recettes

Comment les grandes entreprises économisent l'eau

Comment les grandes entreprises économisent l'eau



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Ceci fait partie d'une série d'histoires; visitez le rapport spécial sur le repas quotidien : de l'eau pour en savoir plus.

En cette ère de préoccupation (réelle ou axée sur les relations publiques) pour la durabilité, les entreprises du monde entier essaient de comprendre non seulement comment réduire leur impact environnemental négatif, mais aussi comment elles peuvent se faire mieux pour cela. Ainsi, le Réseau Empreinte Eau a été fondée, ainsi que d'autres organisations et comités dédiés à la lutte contre l'un des plus grands drains environnementaux de l'industrie : l'eau.

La société Coca-Cola utilise à elle seule presque 80 milliards de gallons d'eau par an - cela représente environ 7 gallons d'eau pour chaque gallon de produit Coca-Cola vendu. Cependant, comme beaucoup de ses pairs, l'entreprise a lancé un programme de gestion de l'eau dans lequel elle suit et tente de réduire ou de neutraliser l'utilisation de l'eau, les déchets et l'impact général. Selon le rapport 2013 de l'entreprise, ils ont déjà réduit la consommation totale d'eau de 21,4 % depuis 2004, soit un taux d'environ 2,4 % par an. Afin de contrer leur « empreinte hydrique », Coca-Cola a trouvé des moyens créatifs de redonner aux communautés d'où provient leur eau ; la société a reconstitué l'approvisionnement en eau douce dans les zones autour de ses usines d'embouteillage internationales. Ils espèrent être «neutres en eau» d'ici 2020, un objectif qui signifierait laisser une communauté avec autant sinon plus d'eau potable qu'elle n'en avait accès sans l'usine.

PepsiCo, Nestlé, Kellogg's et General Mills (une version précédente de ce rapport incluait Kraft Foods, mais depuis leur fusion avec Heinz, leur quête de durabilité a étonnamment disparu). La plupart des grandes entreprises ont apporté quelques ajustements à leurs pratiques d'emballage et de distribution, mais certaines sont allées au-delà de la mécanique et ont mis en place des systèmes pour équilibrer leur consommation d'eau avec l'apport d'eau. Quelques-uns ont fait des bosses plus importantes que d'autres, mais la bataille ne fait que commencer.

Parmi ces géants, General Mills a eu le moins de succès, réduisant la consommation d'eau par tonne métrique de nourriture produite de seulement 11% depuis 2005 - mais c'est toujours une amélioration, et une amélioration qu'ils ont obtenue en réorganisant leurs processus de fabrication pour inclure un système de recyclage qui était en grande partie responsable de la réduction. Ils ont pu réutiliser 75 pour cent de l'eau utilisée dans les processus de refroidissement pour leurs conserves en 2013, en profitant de la liste sans cesse croissante des pratiques en matière d'eaux grises. En 2015, General Mills a publié un rapport supplémentaire, dans lequel il a souligné son désir d'aider à alimenter la recherche sur la durabilité dans les bassins versants où se trouvent leurs usines - un objectif qui est en voie d'être atteint d'ici l'échéance annoncée de 2025. Kellogg's, d'autre part, a connu une augmentation récente de l'eau l'utilisation, qu'il attribue à leur récent achat de Pringles. Son Rapport de développement durable 2015 note que sans inclure les usines Pringles, ils ont encore une réduction de 10 pour cent par rapport aux niveaux de 2005 - mais surtout, la consommation d'eau a en fait augmenté depuis 2013. Cela montre que, malgré les progrès, Kellogg's a encore beaucoup de travail à faire pour atteindre son objectif déclaré d'un Réduction de 20 % par rapport aux niveaux de 2005. Cela pourrait être une mission particulièrement délicate, puisque le rapport cite des recettes et des mélanges retravaillés pour leurs produits comme la principale source de leur succès.

PepsiCo a vu grand succès dans cette entreprise, remportant à la fois le Stockholm Industry Water Award 2012 et le US Water Prize après avoir atteint leur objectif de réduire l'efficacité de l'eau (quantité d'eau utilisée par quantité correspondante de produit produit) de 20 pour cent par rapport à leurs chiffres de 2006 (un taux de 4 pour cent par an) , ainsi que l'établissement de pratiques productives de participation communautaire dans les régions pauvres en eau du monde. Nestlé adopte une position similaire axée sur les personnes dans leur Rapport de développement durable 2015. Ils décrivent les progrès qu'ils ont déjà réalisés dans l'augmentation de l'efficacité de l'eau de 41 % depuis 2005, correspondant à leur objectif pour 2015, ainsi que leur intention d'« établir et mettre en œuvre des directives détaillées sur les droits de l'homme à l'eau ». Comme beaucoup de grands constructeurs, ils commencent à prendre en compte la dimension humaine dans l'approvisionnement et l'entretien de leurs installations.

Ces chiffres semblent en effet très encourageants, mais il est important de se rappeler que nous avons un long chemin à parcourir. Moins d'un pour cent de l'eau sur Terre est propre à la consommation humaine, et les Américains utilisent le plus d'eau par habitant tous les jours. Le mouvement du développement durable nous a fait un cadeau précieux : non pas l'idée philosophique de la conservation, mais plutôt une incitation tangible pour les grandes entreprises à se comporter de manière responsable. Ces programmes d'intendance, galas haut de gamme, et sommets internationaux ont changé la façon dont les gros investisseurs envisagent le choix des équipes, ainsi que tous les messages de réputation qui se propagent aux masses. La durabilité est ce que les enfants cool font maintenant, et c'est, plus que les chiffres enterrés dans les ventilations de l'exercice, ce qui donne à ce mouvement une chance de se battre.