Nouvelles recettes

La douzaine de la rédaction : juin 2012

La douzaine de la rédaction : juin 2012



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

De belles trouvailles et des réductions exclusives pour juin.

Les choix de nos rédacteurs

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

Chaque mois, nos rédacteurs sélectionnent les gadgets, les décorations pour la maison et les cadeaux les plus récents et les plus intéressants. Maintenant, nous offrons des remises exclusives sur certaines de ces trouvailles des vendeurs participants. Les offres de ce mois-ci sont disponibles pour une durée limitée. Obtenez les offres tant qu'elles durent!

Assiette à quiche Carina de 10 pouces dans un doux imprimé de style suédois, de BIA Cordon Bleu (15 $; 650-553-4155).

Presse-agrumes électrique Proctor Silex

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

L'extracteur de jus électrique contient 34 onces de jus frais. Pour chaque vente, 1 $ est reversé au stand de limonade d'Alex, au profit de la recherche sur le cancer infantile (20 $; proctorsilex.com).

Eva Solo Grill Globe

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

Le gril Globe de haute conception d'Eva Solo a un couvercle intégré qui protège du vent lorsqu'il est ouvert (595 $; gracioushome.com). ACCORD! Bénéficiez de 10% de remise avec le code EVASOLOGLOBE.*

* Rabais disponibles du 7 mai au 7 juillet 2012, ou jusqu'à épuisement des stocks

Contenant de crème glacée Lunares Home

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

Le contenant réfrigérant contient une pinte standard de crème glacée de supermarché. Au revoir, flaques fondantes et doigts collants. Disponible en 7 couleurs (64 $; lunareshome.com).

Ensemble de deux bols à dessert Spectra

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

Les bols à dessert en verre Spectra ont des perles de verre peintes à la main sur les tiges (35 $/ensemble de 2; burkedecor.com.) ACCORD! Bénéficiez de 15% de remise avec le code ENSOLEILLE15.*

Torchons de Cuisine Rayures Pastry - Lot de 2

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

Une variante des serviettes de boulangerie françaises traditionnelles mélange des rayures larges et fines. Mélange lin-coton, disponible en 3 couleurs (22$/jeu de 2 ; teroforma.com).

Spatule Comfort Stalk en bambou et silicone en bleu sarcelle

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

Les poignées enduites de silicone imitent la forme du matériau d'origine : le bambou durable (15 $ ; corebamboo.com). ACCORD! Bénéficiez de 10% de remise avec le code CL10.*

* Rabais disponibles du 7 mai au 7 juillet 2012, ou jusqu'à épuisement des stocks

Bougies en pot Weck Hillhouse Naturals

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

Fabriqué avec du soja cultivé dans une ferme du Kentucky. Lorsque la bougie est cuite, utilisez le pot Weck pour la confiture (25 $; hillhousestore.com.) ACCORD! Bénéficiez de 15% de remise avec le code CL15.*

* Rabais disponibles du 7 mai au 7 juillet 2012, ou jusqu'à épuisement des stocks

Toile Accueil Vaisselle Seagate

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

Plongez dans tout ce qui est servi dans la collection de vaisselle Seagate bleu piscine de Canvas Home (12 à 20 $ par pièce; shop.canvashomestore.com).

Bols de service en albâtre

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

Les bols de service en albâtre mettent en valeur la nourriture. Disponible en 3 tailles (45 $ à 108 $ ; shopinspiredliving.com). ACCORD! Bénéficiez de 15% de remise avec le code LAMPE DE CUISSON.*

* Rabais disponibles du 7 mai au 7 juillet 2012, ou jusqu'à épuisement des stocks

Moulin à poivre en pierre Curtis

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

Le moulin à poivre du chef australien Curtis Stone est aussi grand et beau que l'homme lui-même (100 $; curtisstone.com).

Panier de pique-nique en osier SunnyLIFE pour deux

Photographie : Randy Mayor & Mandie Mills, Texte : Phillip Rhodes

Le panier de pique-nique en feuille de bananier tressé de SunnyLIFE contient un service en plein air élégant pour 2 personnes. (90 $; ronrobinson.com).


Les 10 meilleurs articles de l'éditeur RH pour 2012 (et autres lectures incontournables)

Les suivants sont HEURE le Top 10 des articles du rédacteur en chef Karl Strom pour 2012, ainsi qu'une douzaine d'autres « à lire absolument » au cas où vous les auriez manqués en 2012.

Veuillez noter: En raison de la récente refonte de notre site Web Hearing Review, certains des articles répertoriés peuvent manquer d'images et de graphiques, ou être formatés de manière incorrecte. Nous abordons ces problèmes un par un, le plus rapidement possible. En attendant, veuillez vous référer à l'édition imprimée correspondante de HR ou dans nos éditions numériques. (Cliquez sur « archiver » à gauche de votre écran pour voir les anciens numéros.)

1) MarkeTrak VIII : Les principaux facteurs d'influence dans l'intention d'achat d'appareils auditifs, par Sergei Kochkin, Doctorat. Mars 2012 RH, pages 12-25.

3) Table ronde d'experts : problèmes de cognition, d'audition et d'amplification, par Douglas L. Beck (éditeur invité), Brent Edwards, PhD, Larry E. Humes, PhD, Ulrike Lemke, PhD, Thomas Lunner, PhD, Frank R. Lin, MD, et M. Kathleen Pichora-Fuller, PhD. RH de septembre 2012, pages 16-26.

4) Trois facteurs connus qui entravent les taux d'adoption des appareils auditifs, par Amyn Amlani, PhD, et Brian Taylor, AuD. Mai 2012 RH, pages 28-34.

5) Facteurs influençant l'utilisation par les patients d'un traitement audiologique après l'achat d'un appareil auditif, par Virginia Ramachandran, AuD, Brad A. Stach, PhD, et Andrew Schuette, AuD, février 2012 HR, pages 18-29.

6) Musiciens, audioprothésistes et neuroscientifiques, par Douglas L. Beck, AuD, et Anjali Bhatara, PhD. Février 2012 RH, pages 10-16.

7) Recettes pour le succès de la vérification, par Tammara Stender, AuD, et Astrid Haastrup, MA. Mars 2012 HR, pages 26-32.

9) Télépratique au ministère des Anciens combattants, par Kyle C. Dennis, PhD, Chad E. Gladden, AuD, et Colleen M. Moe, PhD. Octobre 2012 RH, pages 44-50.

10) Enquête de 2011 sur les mesures des pratiques de dispensation aux États-Unis, parties 1 et 2, par le département d'études de marché de Phonak. HR d'août 2012 (pages 16-23) et produits HR de septembre 2012 (pages 8-13).

Une douzaine de lectures à ne pas manquer pour 2012

High Drama: The Unraveling of HearUSA, par Holly Hosford-Dunn, PhD, page de blog RH de janvier 2012, p 50.

Un examen des avantages des aides auditives sans fil, par Charlotte T. Jespersen, MA. HR de février, pages 48-54.

Faites-moi face Doc. J'ai encore mal à l'oreille, de Gael Hannan. Page de blog de février 2012, p 70.

Le rôle du streaming sans fil dans la gestion des acouphènes, par Michael Piskosz, MS. Produits RH de mars 2012, pages 12-15.

Quoi de neuf à propos de NAL-NL2 ? Par Jason Galster, PhD, et Katherine Stevens, PhD. Septembre 2012 HR, pages 28-30.

Le besoin de télé-audiométrie, par De Wet Swanepoel. Octobre 2012 RH, pages 18-25.

Éviter Earmaggedon, par Dennis Van Vliet, AuD. Mot final des RH de novembre 2012, page 70.

Instruments auditifs à ajustement libre : conseils pratiques pour l'ajustement, par Jennifer Groth, MA, et Erica Koehler, AuD. novembre Produits RH, pages 8-11.


Vous pensez donc connaître la Caroline du Nord…. N°35

1. Avant de s'installer dans de nouvelles installations à Charlotte et Raleigh, les Panthers de la Caroline et les Hurricanes de la Caroline ont joué dans quelles villes ?

2. Sept États peuvent être vus depuis Rock City Gardens, l'attraction largement annoncée au sommet de Lookout Mountain dans le Tennessee. La Caroline du Nord en fait-elle partie ?

3. Quel produit N.C. est cité dans la chanson de 1999 de Jimmy Buffett, « I Will Play for Gumbo » ?

4. Le méchant dans lequel de ces films est décrit comme “ancien consultant artistique de Jesse Helms” : “Wag the Dog,” “Air Force One” ou “Naked Gun 21/2” ?

5. Vrai ou faux : l'arbre d'état de la Caroline du Nord est le cornouiller.

Réponses ci-dessous

1. Clemson et Greensboro, respectivement.

2. Oui — avec l'Alabama, la Géorgie, le Kentucky, la Caroline du Sud, le Tennessee et la Virginie.

3. Les beignets Krispy Kreme : "Je ne parle pas de quesadillas ou d'une douzaine de Krispy Kremes/Ou une livre de caviar, c'est le rêve d'un homme riche/Pas de banana split ni de filet de pompano/Non, je jouerai pour gumbo.” (Buffett a possédé un certain nombre de franchises Krispy Kreme.)


Les œufs marinés salés de Viking Soul Food

Photo : Daytona fort
Ces œufs tirent leur couleur vibrante des betteraves.

Daytona fort
Norvégien américain hebdomadaire

Dans un groupe de chariots de nourriture à Portland, dans l'Oregon, se trouve Gudrun, la remorque Streamline abritant Viking Soul Food. Depuis leurs confortables quartiers mobiles, Megan Walhood et Jeremy Daniels servent une variété de plats d'inspiration scandinave, avec en tête d'affiche des wraps farcis de plats norvégiens favoris comme des boulettes de viande ou du saumon fumé.

Leurs plats d'accompagnement vont du « Troll snack » - une tartinade de fromage Jarlsberg et d'échalotes rôties sur du croustillant de seigle - aux œufs marinés, la recette pour laquelle ils partagent avec les lecteurs du Norwegian American Weekly.

"Nous avions des restes de jus de marinade qui avaient encore une grande saveur et nous voulions l'utiliser pour quelque chose", a déclaré Walhood. «Nous avons eu quelques idées farfelues, mais cet œuf mariné s'est avéré être le meilleur. Nous avons toujours aimé l'idée de servir des œufs durs d'une manière ou d'une autre et cette préparation a satisfait notre intérêt.

Viking Soul Food est actuellement situé dans le Good Food Here sur Belmont et la 43e Avenue, un groupe de plus d'une douzaine de chariots de nourriture. Mais surveillez un changement dans les mois à venir alors que Good Food Here fait place aux condos, comme le rapporte The Oregonian. Walhood dit qu'ils recherchent un espace de brique et de mortier.

egguf mariné de Viking Soul Food avec mayonnaise au poivre noir et caviar
1/2 douzaine de gros œufs, de préférence des œufs au pâturage de poules autorisées à butiner
1 betterave rouge, pelée et râpée
1/2 tasse de sucre de canne
1/2 tasse de sel casher
1/2 tasse de vinaigre de cidre
1/2 tasse de vinaigre de vin rouge
1 tasse d'eau
1 feuille de laurier
environ 1/2 c. graines de carvi fraîchement moulues
poivre noir fraichement moulu
1 citron
caviar de saumon (conservé en bocal, disponible chez de nombreux poissonniers et IKEA)
1/2 tasse de mayonnaise
environ 1 tasse de chou vert finement râpé, pour servir

Pour les oeufs :
Placer les œufs dans l'eau froide dans une casserole à feu vif. Porter à ébullition et surveiller attentivement. Dès qu'ils commencent à bouillir, retirez-les du feu, couvrez avec un couvercle et réglez une minuterie sur 7-8 minutes en fonction de la cuisson que vous préférez pour vos œufs (nous aimons qu'ils aient juste un peu de moelleux au milieu ). Dès que le minuteur sonne, plongez les œufs dans de l'eau glacée pour arrêter leur cuisson. Peler et mettre de côté.

Dans une casserole moyenne, mélanger la betterave râpée, le sucre, le sel, les vinaigres, l'eau, le laurier et le carvi. Porter à ébullition, baisser et laisser mijoter 15-20 minutes. Versez la saumure dans une passoire et laissez refroidir. Verser la saumure refroidie sur les œufs écalés et réfrigérer 24 heures avant de manger. Les œufs se conservent un mois ou plus, mais plus ils restent longtemps dans la saumure, plus leur couleur est foncée et plus la saveur deviendra forte.

Pour la mayonnaise :
Mélanger la mayonnaise, environ 1 c. poivre noir selon la préférence, et 2 c. jus de citron fraîchement pressé.

Pour servir les œufs, coupez-les en deux et déposez-les sur un lit de chou vert râpé. Mettez une cuillère à café de mayonnaise sur chaque moitié et versez environ 6 ou 7 œufs de saumon sur chacun.

Ces œufs font un merveilleux ajout à un smørgåsbord.

Cet article a été initialement publié dans le numéro du 10 juillet 2015 du Norwegian American Weekly. Pour vous abonner, visitez S'ABONNER ou appelez-nous au (206) 784-4617.


Prêt à nous rejoindre?

Hé, merci beaucoup d'avoir lu! Elephant offre 2 articles/jour gratuitement. Si vous en voulez plus, prenez un abonnement pour des lectures illimitées pour 3 $/mois. Et clairement, vous appréciez la pleine conscience avec un sens de l'humour et de l'intégrité ! Pourquoi ne pas rejoindre la communauté Elephant, devenir un Elephriend.

Votre investissement aidera Elephant Journal à investir dans nos rédacteurs et rédacteurs qui promeuvent vos valeurs pour créer le changement que vous souhaitez voir dans votre monde !

créer un compte gratuit pour suivre les auteurs.

Créer un compte ou se connecter ci-dessous.

En créant un compte, vous acceptez les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité d'Elephant.

Connectez-vous ou créez un compte ci-dessous.

En créant un compte, vous acceptez les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité.

Bienvenue dans l'écosystème des éléphants.
Jouer gratuitement.

Lorsque vous partagez, commentez ou partagez, le score "Écosystème" de l'article augmente, ce qui l'aide à être vu par plus de lecteurs et aide l'auteur à être payé.
Inscrivez-vous (ou connectez-vous) ci-dessous
pour obtenir deux lectures gratuites :

En créant un compte, vous acceptez les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité d'Elephant.

Inscrivez-vous et obtenez 2 lectures gratuites.
articles de coeur que vous aimez.

Il faut 7 secondes pour rejoindre. Ensuite, vous pouvez créer un article, en augmentant son score "Écosystème" et en aidant votre auteur préféré à être payé.

En créant un compte, vous acceptez les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité d'Elephant.
Nous sommes protégés par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.


Carénage et remplissage de bricolage

L'époxy mérite son statut de résine miracle en tant que résine de stratification hautement adhésive et résistante à l'eau. C'est la sauce secrète derrière une étagère pleine de charges, de colles et de composés de carénage.

L'inconvénient de ce stickum à coût élevé est lié à ses attributs positifs. Sa qualité adhésive défie ceux qui appliquent abondamment à la truelle l'excès de mastic sur une petite éraflure ou une gouge, en supposant que l'excès de mélange résine/mastic peut être facilement poncé. Un jour plus tard, le mastic est devenu très dur et semble aussi immunisé contre le papier de verre qu'un rebord de granit l'est contre une lime à ongles. Heureusement, ceux qui font leurs devoirs avant de mélanger un lot découvrent que les charges à faible densité, telles que les micro-ballons, rendent la résine durcie beaucoup plus facile à poncer et à façonner. Et pendant le processus de candidature, la règle du moins c'est plus entre en jeu.

Dans la première partie de ce rapport, Epoxy Fairing Compounds, (voir PS juillet 2016), nous avons testé six versions différentes de mastics de carénage époxy prémélangés en deux parties. Nous avons découvert que l'une des caractéristiques les plus précieuses de ces pâtes en deux parties était que chacune offrait une consistance et une viscosité uniformes lorsque les composants étaient mélangés. Cela a déterminé le comportement du mastic lors de l'étalement, le temps de durcissement et la dureté qui ont défini le processus de ponçage/façonnage après durcissement. Ce mois-ci, nous nous tournons vers les systèmes de résine époxy qui offrent une approche plus polyvalente dans ce que nous appelons la méthode de création d'un remplissage, d'un carénage ou d'un mastic structurel.

Dans la deuxième partie de notre rapport sur les systèmes époxy, nous voyons comment chaque marque se comporte dans les tests côte à côte et comment les échantillons durcis se comparent. Nous ajoutons également quelques conseils pratiques sur le mélange, l'étalement, le ponçage et le recouvrement. Notre hypothèse initiale était que la possibilité de mélanger des quantités variables de charges en poudre de différentes densités ajouterait de la polyvalence. De plus, toute personne effectuant des réparations majeures ou construisant des bateaux à partir de zéro serait en mesure d'utiliser la même matrice de résine pour le remplissage et le carénage que celle utilisée dans le processus de stratification.

En laboratoire, chaque résine tombe dans une classification de polymère. Les résines époxy de l'industrie maritime ont révolutionné la construction de bateaux en plastique renforcé de fibre de verre (FRP) haut de gamme et toutes les phases de réparation de FRP. Le système en deux parties réagit lorsqu'il est mélangé, créant un changement chimique exothermique produisant de la chaleur qui fait que le liquide devient un solide. La résine de bisphénol A utilisée dans les époxydes est riche en composés époxydes et interagit moléculairement avec un durcisseur pour créer un plastique réticulé, riche en groupes OH (hydroxyle) qui offrent une qualité adhésive significative. Alors que la chimie est fascinante, la vraie histoire pour les marins est la polyvalence de l'époxy et sa myriade d'utilisations dans la construction et la réparation de bateaux.

Comment nous avons testé

Notre protocole de test nous a permis de comparer différents systèmes en termes de facilité de mélange, de dureté durcie, de ponçage, de qualité de l'adhésif et de coût. Les testeurs ont noté le comportement des produits et ce qui est impliqué pour tirer le meilleur parti de leur utilisation. Enfin, les testeurs ont comparé les résultats des parties I et II de cette évaluation de carénage époxy et sont parvenus à un consensus sur les produits qui prévalaient. L'appel difficile était de savoir si l'ensemble de variables plus complexe (rapports de mélange et de mesure) était un pas en avant ou en arrière par rapport à l'approche pré-mixte. Comme l'a dit un testeur, mélanger votre propre suprématie dépend du travail à accomplir, de votre volonté de mesurer avec précision et de la patience avec laquelle vous remuez le pot.

Ce que nous avons testé

Dans cette partie de notre examen des carénages époxy, nous avons examiné quatre systèmes de résine et la façon dont chacun se comportait avec des composés de carénage et de filetage à mélanger. Ces poudres comprenaient des microballons (sphères) à faible densité qui, lorsqu'ils sont mélangés à de la résine/durcisseur, forment une pâte légère et facile à étaler et, plus important encore, un substrat facile à poncer. La silice colloïdale est également une poudre légère ressemblant à de la poussière, mais en raison de la façon dont elle se mélange à la résine, elle forme une colle merveilleuse dense avec de grandes propriétés mécaniques. Mais attention, il est beaucoup plus difficile à poncer que les micro-ballons.

À l'extrémité dure comme le granit de l'échelle de remplissage se trouvent des fibres broyées et de la poudre d'aluminium, des additifs qui offrent encore plus de résistance, mais sont beaucoup plus difficiles à poncer. Considérez les charges en poudre plus denses comme un moyen d'améliorer l'adhérence et la résistance, mais aussi de les rendre plus difficiles à façonner et à poncer. Ainsi, dans l'ensemble, nous reléguons ces charges haute densité à des rôles structurels plutôt que cosmétiques, tels que des matériaux de remplissage où une forte compression des attaches mécaniques est anticipée ou lors du collage d'une pièce en FRP à la peau intérieure de la coque. Cela a laissé les mastics de densité moyenne à légère comme notre choix pour le carénage, le remplissage cosmétique et certains types de filetage (ajout de support adhésif aux joints collés).

Interlux est une puissance dans le monde des revêtements et, sous son parapluie international AkzoNobel, a intégré une gamme impressionnante de produits internationaux. Il y a des décennies, Ralph Naranjo, rédacteur en chef technique, naviguait en Nouvelle-Zélande et a passé un an à effectuer des travaux de rénovation structurelle et esthétique à bord de son Ericson 41 Wind Shadow. Il a utilisé de la colle époxy vendue par une entreprise peu connue, et plus de 30 ans plus tard, aucun joint de colle n'a échoué. La société était à l'origine d'Epiglass, qui fait maintenant partie de la gamme Interlux. Son HT 9000 et ses trois durcisseurs différents avec des taux de durcissement variables font partie des produits que nous avons utilisés dans nos tests. Interlux HT 120 et HT 450 ont été utilisés pour formuler les composés de remplissage et de carénage.

Les produits MAS se composent d'une résine de stratification à faible viscosité et d'une résine à viscosité plus élevée pour le collage, le remplissage, le carénage et le filetage. Les deux résines peuvent être combinées pour former une viscosité personnalisée. Ce dernier, appelé FLAG Resin, est ce que nous avons utilisé dans cette série de tests avec leurs durcisseurs lents, moyens et rapides qui se combinent avec la résine dans un rapport de 2 à 1 (résine à durcisseur). MAS propose cinq charges en poudre différentes qui modifient la densité et les propriétés mécaniques de la résine durcie. La résine durcie est exempte de blush d'amine, ce qui permet de gagner du temps lorsqu'il s'agit de préparer le travail entre les couches. (Le blush amine est un film hydrosoluble semblable à de la cire qui peut empêcher l'adhérence des couches successives à moins qu'il ne soit éliminé par lavage avant tout ponçage ou application de couches successives d'époxyde.) Les testeurs ont apprécié le rapport de mélange de 2 pour 1, qui est plus tolérant de légères erreurs de mesure de volume que les mélanges en fonction des rapports de mélange de 4 à 1 ou de 5 à 1.

System Three propose une large gamme d'époxydes marins et pour le travail du bois ainsi qu'une variété de produits de revêtement de finition. Cependant, pour cette série de tests, nous avons utilisé leur résine de stratification Cold Cure, un produit qui durcit dans des conditions allant jusqu'à 35 degrés Fahrenheit. La société propose également une gamme de poudres pour épaissir la résine avec leur charge de densité la plus faible, un produit en microsphères de verre. La raison pour laquelle nous nous sommes concentrés sur ce système en deux parties est que les marins utilisent leurs bateaux par temps chaud et travaillent souvent sur la liste des choses à faire pendant la morte-saison lorsque les températures chutent. La découverte d'un époxy capable de démarrer et de durcir lorsque la température de la cabine est de 50 degrés Fahrenheit à midi et chute brusquement la nuit s'est avérée être un gros avantage pour nos projets de bateaux hors saison.

West System a déposé une marque de commerce d'une culture époxy qui est bien plus qu'un simple marketing de résine. La société & rsquos de nombreux produits auxiliaires remplissent un catalogue, et d'égale importance a été leur effort pour effectuer des recherches en interne et

l'ingénierie, le partage des résultats avec les pros et les bricoleurs. Fondée par les frères Gougeon, qui passaient leurs week-ends à naviguer sur les bateaux qu'ils ont construits, l'entreprise continue d'améliorer la polyvalence de l'époxy. Nous avons testé sur le terrain leurs derniers mélanges de résine West 105 et de durcisseurs 205, 206 et 209 ainsi que les composés de remplissage/carénage 405, 406, 407 et 410

Justification de la résine

Nos tests de système de résine à quatre marques variaient considérablement, de 82 cents à 1,45 $ l'once (résine/durcisseur uniquement). Mais en raison de la plus petite quantité de produits utilisés dans la réparation des bosses, des éraflures, des entailles et même dans les réparations plus importantes, le coût élevé de l'époxy est justifiable grâce à la haute qualité des résultats. À bien des égards, la résine époxy est comme une attache en monel, assez insensible aux éléments corrosifs et le meilleur choix lorsque la performance compte vraiment.

Malgré le fait que l'époxy coûte environ le double du coût de la résine vinylester et que le vinylester coûte le double de la résine polyester, il est logique de dépenser plus pour améliorer la colle qui se lie. Les constructeurs de voiliers haut de gamme utilisent souvent de la résine époxy pour stratifier toute la structure de la coque et du pont. Il s'agit d'un engagement financier majeur que prennent les constructeurs malgré le fait qu'il quadruple le coût de la résine. La raison de ce choix est que la résine époxy offre une meilleure résistance, augmente l'adhérence peau-âme et améliore considérablement la qualité en tant que barrière contre l'eau par rapport aux types de résine concurrents. Il représente également une résistance améliorée à la détérioration causée par la fatigue structurelle, une ténacité accrue et une résistance au fluage. La résine époxy est moins sujette au retrait lors de la transition d'un liquide visqueux à un solide et utilise chimiquement des groupes hydroxyle et éther polaires pour augmenter sa qualité adhésive. En bref, si vous souhaitez construire une structure FRP plus solide, plus légère et plus durable, utilisez de la résine époxy.

Le même chemin logique s'applique lorsqu'il s'agit de travaux de réparation. Et dans ce cas, la valeur de la qualité de l'adhésif et le rôle des résines en tant que barrière à l'eau sont tout aussi importants. Ainsi, lorsqu'il s'agit de réparations de bateaux qui sont plus qu'une éraflure ou une éraflure, la première étape consiste à retirer et à remplacer la structure endommagée. Pendant cette phase de réparation, l'époxy offre une meilleure adhérence et une résistance accrue. Une fois que la nouvelle peau de coque a été mise en place et que les renforts internes longitudinaux et transversaux (longerons et nervures) ont été collés à l'époxy à la réparation, le processus de carénage peut commencer. Et en utilisant la même résine dans cette procédure de remplissage et d'équilibrage, vous maintenez la compatibilité chimique.

L'objectif de cette phase est de recréer le contour original de la coque et de lisser la surface avant de faire correspondre la couleur et le brillant de la surface environnante. La qualité de la finition commence à partir de la couche inférieure, donc avant d'ajouter un mastic de carénage époxy à votre nouvelle réparation, vous devez préparer soigneusement la surface. La préparation de la surface commence par un tuyau d'arrosage, un tampon à récurer 3M et un savon doux, pas la ponceuse. Le blush amine est un résidu du processus de durcissement époxy qui peut être facilement lavé de la surface avec de l'eau légèrement savonneuse. Si le blush aux amines reste sur la surface, le ponçage peut enfoncer le film dans la surface plutôt que de le retirer de la réparation. Ce résidu peut diminuer la qualité adhésive de la liaison entre le composé de carénage et le nouveau stratifié FRP.

Le ponçage à ce stade consiste à dégrossir la surface de réparation pour créer un motif d'ancrage qui facilite l'adhérence du mastic de carénage. Avant d'utiliser des couteaux à mastic et des spatules en plastique, vous devez enduire la zone qui vient d'être poncée d'une fine couche de résine époxy. Ce tie-coat servira de lien entre la peau FRP et le composé de carénage époxy.

Il est important de reconnaître les trois états de durcissement de l'époxy. Au début, nous avons une solution liquide de composants A et B mélangés. La réticulation commence et c'est la période que nous appelons le temps ouvert pendant lequel le produit peut être roulé ou brossé sur la surface. Au fur et à mesure que la polymérisation progresse, le liquide commence à se gélifier et nous entrons dans la phase initiale de durcissement. Tout étalement supplémentaire de l'époxyde au cours de cette phase endommagera la liaison.

Au fur et à mesure que la phase de durcissement initiale progresse, l'état de gel devient collant et plus dur sur une période de quelques minutes ou heures. Pendant cette fenêtre de durcissement initial, lorsque la surface n'est plus à l'état de gel mais toujours collante, vous pouvez appliquer un composé de carénage sans avoir à préparer la surface. La durée exacte de cet intervalle dépend du durcisseur et de la température ambiante. Au fur et à mesure que le durcissement se déplace vers un état non collant (auquel la surface n'est plus collante), il entre dans la dernière phase et le durcissement final commence.

Au cours du durcissement initial, davantage de charge époxy se réticulera et se liera au substrat encore en cours de durcissement. Si le substrat a atteint l'état de durcissement final, il doit être lavé et frotté, puis poncé avant d'être recouvert d'une résine d'une pâte de résine/mastic. Les durcisseurs MAS sont vendus sous forme de formules non rougissantes qui ne nécessitent pas de gommage entre les couches. Lors de nos tests, le produit a été à la hauteur de ses attentes.

Le timing est important pour tous les produits que nous avons testés. Lorsque la résine récemment appliquée était à peu près aussi collante qu'un morceau de ruban de masquage, il était temps d'appliquer le mastic de carénage. Les techniques varient et selon les directives très informatives du système West, un sur-revêtement direct doit se produire pendant la fenêtre de durcissement initiale. La bibliothèque West System d'informations pratiques (y compris des vidéos en ligne) fait un excellent travail de formation des techniciens époxy professionnels et amateurs sur la façon d'utiliser les lattes, les gabarits et les raclettes à un avantage. Leur parution

Carénage final et finition

(https://goo.gl/RHTZ16) - décrit tout ce que vous devez savoir sur le processus de carénage et comprend des conseils pratiques tels que la fabrication d'une lime de carénage, une planche à poncer flexible et une simple brosse à rouleau.

Résultats

Lors de l'évaluation de matériaux similaires, il est toujours agréable de se démarquer parmi quelques produits sous-performants. Mais dans ce cas, nous nous sommes retrouvés avec une photo finish dans une course de chevaux de pots de colle concurrents. Tous les scores des systèmes de résine époxy ont été étroitement regroupés en ce qui concerne l'adhérence de la résine seule. Cependant, étant donné qu'il s'agissait d'un test de composé de remplissage, nous nous sommes concentrés sur le comportement de la résine et des charges mélangées.

Le mélange demande plus d'attention que vous ne le pensez au départ. Contrairement aux composés de carénage testés dans la première partie, qui impliquaient des pâtes de viscosité presque égale, la procédure pour les produits de ce test implique plus que quelques agitations avec un bâton.

Avec l'approche DIY, vous combinez d'abord la résine et le durcisseur, assurant un mélange parfait des deux composants liquides. Vient ensuite l'ajout d'un épaississant en poudre afin d'obtenir la consistance souhaitée. Il est important de garder une trace du volume de résine mélangée et de la quantité de poudre ajoutée pour créer la charge. Ceux qui abordent ce processus comme un chef cuisinier qui préfère une approche par tirets et éclaboussures aux recettes se retrouveront avec des différences de densité de lots. Cela peut entraîner des variations de dureté du mastic, des problèmes de ponçage et des problèmes d'obtention d'une forme et d'un lissé uniformes. Gardez donc une trace attentive des ingrédients.

Mélanger le lot est une mesure de patience. Une agitation trop faible emprisonne les grumeaux secs et empêche une application en douceur. Certains professionnels utilisent un agitateur entraîné par perceuse, tandis que ceux qui manipulent de petits lots prennent simplement un outil d'agitation préféré et le tournent. Plus le temps est froid, plus la résine est rigide et plus l'agitation est dure. Parfois, bien utiliser un bain-marie à 80 degrés pour garder la viscosité de la résine favorable à l'agitation dans la poudre épaississante. Naturellement, il faut prendre soin de garder l'eau hors du mélange et hors de la surface. System Threes Cold Cure prend les devants alors que le froid s'installe dans le nord-est ou le nord-ouest du Pacifique et que la saison de l'époxy diminue. Nous avons même effectué un remplissage et un carénage époxy avant et après l'hiver avec le produit, et nous nous sommes émerveillés de sa capacité à se débarrasser du froid.

L'épandage efficace du mastic époxy est un gros problème, et mieux un produit se comporte, moins il y a de gaspillage de matériau. Une application efficace se traduit également par moins de ponçage. Le but est d'éviter d'empiler une sculpture en époxy qui nécessitera d'enlever plus de matière qu'il n'en reste en surface. Le mastic choisi dépend de l'endroit où il sera appliqué - au-dessus ou au-dessous de la ligne de flottaison, dans des structures fortement sollicitées ou dans des zones de surface ou de pont à faible contrainte. En choisissant une charge trop dense, la résine semble aussi dure que le granit et aussi difficile à poncer.

Les fibres broyées et les additifs en poudre d'aluminium donnent une résistance élevée à la compression et de bons mastics résistants à l'abrasion qui ne devraient jamais être utilisés comme matériau de carénage général. Leur dureté résiste au ponçage, et les niveler avec un gelcoat et un stratifié polyester plus doux environnants devient presque impossible. Cependant, ces additifs sont utiles lorsque peu ou pas de ponçage est nécessaire et qu'une résistance à la compression élevée est obligatoire.

Les microballons sont à l'autre extrémité du spectre, et ces minuscules sphères phénoliques à faible densité créent le mastic époxy le plus facile à poncer. La silice fumée mélangée à de la résine époxy fournit une charge de collage à plus haute densité et a longtemps été utilisée comme peinture/résine thixotrope (agent épaississant). Il est fabriqué à partir de sable de quartz chauffé à 3000C et est vaporisé en fines particules ressemblant à de la poussière. Les microballons et la silice fumée doivent être mélangés avec soin, en portant un masque, car leur extrême légèreté et leur finesse leur permettent de se disperser facilement dans l'air et d'agir comme un irritant respiratoire. D'autres charges de densité moyenne utiles comprennent MAS Wood Flour et West Systems 405.

Conclusion

Lorsque la poussière est retombée et que nous avons étalé, poncé et peint divers enduits de bière maison, nous avons eu quelques opinions à partager. Tout d'abord, il y a des avantages à mélanger sur mesure votre propre mastic époxy à densité personnalisée. Cela était particulièrement vrai pour les projets plus importants où nous avions besoin d'une plus grande gamme de mastic de remplissage et de carénage. Pour le filetage, le collage et le collage, nous avons apprécié le MAS Cell-O-Fill, la silice colloïdale West 406, l'Interlux HT-120 et l'épaississant de silice System Three.

Pour le carénage, nous avons privilégié des recettes à faible densité, faciles à poncer et à durcissement plus rapide telles que la résine West 105/205 avec une charge 407 utilisée sous la ligne de flottaison et 410 au-dessus. La résine MAS FLAG et le durcisseur moyen épaissis avec leurs Micro Ballons ont créé une surface facile à façonner et lisse. Les combos de résine et de durcisseur MAS ont été à la hauteur de leur revendication sans fard. Interlux Epiglass HT9000 avec YXA450 et leur durcisseur rapide ont également bien fonctionné et peuvent être utilisés aussi bien au-dessus qu'en dessous de la ligne de flottaison. System Threes Cold Cure a vraiment rempli une niche avec sa capacité de durcissement à des températures allant jusqu'à 35 degrés F. Il s'agissait de l'alternative la plus chère à 1,45 $ l'once, mais cela valait chaque centime.

Des kits de pompes sont disponibles pour tous les produits, et parce que nous privilégions le mélange de petites quantités à la fois, nous avons trouvé ces doseurs indispensables. Ils maintiennent des volumes de mélange constants, ce qui est particulièrement important avec les mélanges résine à durcisseur à rapport élevé. Trop peu ou trop de durcisseur affecte grandement la qualité de durcissement de l'époxy.

Une fois la poussière retombée, nous avions une photo finish sur nos mains. Les quatre systèmes de résine ont fourni des résultats de qualité. Les testeurs ont apprécié le rapport de mélange 2 pour 1 MAS et System Three, mais les pompes Interlux et West System ont fourni les bons rapports résine/durcisseur, de sorte que les deux ont obtenu des notes élevées. Les mélanges résine/durcisseur à faible viscosité de MAS, Interlux et System Three mouillent un peu plus facilement les tissus de remplissage en poudre, en particulier par temps froid, mais la gamme de produits de remplissage et de durcisseurs West Systems semblait couvrir plus de bases. Lorsqu'une question se posait concernant l'utilisation du produit, les experts techniques de West Systems étaient là pour aider.

Enfin, nous avons utilisé les prix en vente libre chez Jamestown Distributors (en ligne System Three for Cold Cure) pour calculer le coût par once de résine et de durcisseur mélangés (basé sur le prix du gallon). L'essentiel est que West System s'est établi à 0,82 l'once et, grâce à ses bonnes performances dans tous les autres aspects de notre évaluation, nous lui avons attribué notre étiquette de premier choix.

En comparant les mastics de carénage époxy pré-mélangés en deux parties de notre test précédent et les mastics époxy de bricolage de ce test, nous pensons qu'il y a de la place pour les deux dans le casier à peinture de bricolage. De nombreux peintres aiment la répétabilité et la cohérence des lots de l'approche pré-mélangée. It insures filler density consistency but mandates the need for thorough, perhaps power mixing.

Our testers liked the system approach of first mixing resin and hardener and then thickening the mix by gradually introducing appropriate filler. The longevity test will help tell the complete story. Both types of fairing compounds are being weather-tested and immersion tested. Adhesion, moisture intrusion and how coating hold up on the surface will be evaluated and the next epoxy update will include performance durability details.

This is one of more than a dozen tests that Practical Sailor has carried out using the marine epoxies most familiar to do-it-yourselfers in the U.S. marine market.

In &ldquoStuck Like Glue&rdquo (see Practical Sailor June 2012), testers evaluated four marine epoxy resins based on their mechanical properties (strength, adhesion, hardness, and flexibility) and key handling attributes such as wet-out, sag, curing, and overall handling.

In &ldquoEpoxy Fairing Compounds, Part One&rdquo (see PS January 2017) testers compared the pre-thickened epoxies used for fairing, filling, and bonding.


UPPERCRUST DISCOVERY

The City&rsquos Bakery

Delivering top quality fare, City Bakery is Worli&rsquos landmark for over 60 years. Driving past the shop, with its chimney still intact, the aroma of freshly-baked bread is delightfully intoxicating

Texte: Lyle Michael Photographies: Prashant Jadhav

Patty cake, patty cake, baker&rsquos man.
Bake me a cake as fast as you can
Roll it up, roll it up, put it in a pan
And toss it in the oven as fast as you can!

Sure we were raised on rhymes that warmed us up to the joys of baking and the image of grandma&rsquos cherry pie basking in the sunlight. There&rsquos just something about a bun fresh out of the oven, a cake being adorned with a creamy layer of icing and that untouched batch of choco chip cookies. Then one can only imagine what an institution like City Bakery signifies for the citizens of Bombay the city&rsquos bakery since 1953.

Talk of the town that is home to Iranian cafes by the dozen and you realise the importance each one holds in putting together the café cultural map of Bombay. City Bakery, started by Haji Mohammed &ndash who owned 75 restaurants around the city &ndash after emigrating from Iran has grown with every passing generation and continues to hold its charm, impervious to much of the &lsquoredevelopment&rsquo or expansion that comes with the times. Standing under the newly painted signage, Jaffer Dashti ushers us in while younger brother Mehdi has the bustling store all set. Managing the bakery together, the Dashti brothers have been behind the counter, in some way or the other, ever since they could get their little hands dirty, assisting their father, Habibali Dashti &ndash successor to father-in-law Haji. The interesting recollection by the brothers takes us through the rise of the bakery, so to speak, from the sale of in-house produced bread, moving away from the traditional pheriwalas, and other treats as well. So trial and error kept the business moving along with the encouragement of the gradually increasing patrons, flocking to the aroma of the ladi pao, nankhatais, kharis that were tea-dip-worthy, biscuits and more.

City Bakery had established itself in the heart of Bombay well enough for the Dashtis to know they were headed in the right direction. And from father to sons, the baton was passed. Says Jaffer, an MBBS graduate who enjoys getting out of the city on a bike ride in his spare time, &ldquoThe managerial task of the bakery is something Mehdi and I just fell into, what with our holidays spent grasping the intricacies of running a store from a young age.&rdquo As for the success of such a business, it takes the skill of the two men to keep it at a consistent level and hold their own in the midst of unending competition. &ldquo&hellipbut we&rsquore still here,&rdquo laughs Mehdi, the biker, too, who loves spending time with his family, &ldquoso we&rsquove done something right.&rdquo Surely, for every Bombayiite who enters is catered to and spoilt for choice with the wide variety of top quality, freshly baked goodies churned out day after day. Now when City Bakery talks fresh, they mean a night manager to ensure the bread is prepared and ready to &ldquoreach the breakfast table&rdquo on time. They mean starting at the unearthly hour of 5 am every day of the week with goodies brought to you warm and delicious, for instance, brun pao batches stacked up every six hours. Working all day long, the bakery downs its shutters by approximately 11 pm and should you perhaps realise in the middle of the night that you need to have the anniversary cake ready to present to the Mrs in the morning, City Bakery may just oblige, an emergency case would not be an unusual occurrence. As the saying goes, &lsquoThe customer comes first&rsquo, whether it&rsquos a jogger passing by early morning or the taxi driver waiting for his daily bun maska, the corporate man stopping by for a packet of palmiers (Rs 310 per kg) or the clique of ladies who choose to take home the khari dough (Rs 190 per kg). Then again, it could be the school boy eager for the signature chocolate doughnut (Rs 22) or the jam swiss roll (Rs 16). The variety will baffle, but take your time and choose, from the biscuits &ndash shrewsburry (Rs 250 per kg) or the newly introduced oatmeal raisin (Rs 320), rolls such as the interestingly-designed crocodile bread (Rs 30), cakes (eggless as well) inclusive of the Chocolate Tea Cake (Rs 160 for ½ kg), pastries like the éclair (Rs 27) or the humble lemon tart (Rs 13). Looking for a fancy birthday cake, and the Black Forest (Rs 500 per kg) among many others will tempt. Vegetarian snacks and an assortment of breads round up the panoply that makes City Bakery.

Say the Dashti brothers, &ldquoWhether it&rsquos for the masala bread or home-made Baklava Pie, we have our loyal patrons and more. This bakery is where we were meant to be.&rdquo And when asked if the younger ones &ndash Jaffer&rsquos daughter and Mehdi&rsquos two boys &ndash will follow in their footsteps, &ldquoThey are free to choose what they want to do and we will support them,&rdquo comes the unanimous reply. Till then, the city will have its bakery running strong, fresh as always.

Boulangerie de la ville
204, Dr Annie Besant Rd,
Worli, Mumbai 400018
Ph: 022 2493 0562/1215


Write a Response

[[Color: white hens lay white eggs, reddish broan hens lay brown eggs]]

. Um . does anyone there at the USDA know anything about chickens? eggs? poulty?

Talk about an ignorant statement.

White LEGHORNS lay white eggs, but then so do Black-tailed Red Laghorns.

Barred Plymouth Rocks lay brown eggs, but then so do White Rocks.

Americauna, of all colors, lay blue-green eggs.

Are you folks sure you're up to this?

Just curious what the Secretary of Agriculture, Tom Vislack thought about HAARP, and what he was planning to do about it. Its obvious this is what is causing climate change.

Thank you for your questions and comments on our egg fact blog. As you stated, different breeds of chickens produce eggs with shell pigments ranging in color from white through various shades of brown to a bluish-green color. Eggs of various colors are can be found at local egg markets and may be available direct from a farm with a heritage flock of egg-laying hens. Of course, heritage chickens have feathers of many different colors and produce many different pigments that affect the color of the egg shell from each breed.

Commercial egg producers and market surveys have identified that most consumers prefer eggs with white or brown shells. Through the application of genetic selection, the leghorn chicken with white feathers was selected as the principal breed for eggs with white shells.

To enhance the production of eggs with brown shells, various breeds with white, brown, and multi-colored feathers have been used over the years, resulting in the evolution of hens with white feathers mixed with some brown or grayish-brown feathers.

The characteristics of commercial egg laying hens will continue to change as scientists select genetic traits to achieve optimum egg production, enhance feed conversion, improve shell strength and quality, and increase the production cycle and livability of each breed.

Since the majority of consumers prefer eggs with brown or white shells and that is what they see in most commercial channels, our egg fact blog focused on direct answers that included egg facts that apply to the majority of eggs in the marketplace. Rather than stating the breed, feather color, and pigment color and intensity of the shell of various breeds of chickens, we chose to focus on the general color of the egg-laying hen’s feathers as it relates to the color of the shell of the egg produced by that class of hen. The purpose of the blog was to help educate consumers on the marketing claims, labels and prices they might find at their local stores. We apologize for any confusion.

I'd like to see the consumer educated, rather than given untrue facts. People understand there are different breeds of dogs, I'd like to think that consumers can understand that there are different breeds of chickens.

Maybe rather than saying that white chickens lay white eggs and brown chickens lay brown eggs, educating the the consumer about the difference betweeen commericial hens and heritage hens would help them understand marketing claims, labels and prices they find at their grocery stores? :)

Has the grading criteria changed over the years? When I look at eggs marked "jumbo" they don't seem like the jumbo eggs of years gone by. And I'm not just talking jumbo grade. I'm talking all grades. Maybe we have smaller chickens that can't lay BIG eggs. Aie.

Hope I hear from you. Merci

@Thomas R. Bertrand - thanks for the comment. The U.S. Grade Standards have remained the same for decades but some egg production methods have changed that may result in the changes you have noticed. In particular, many producers have switched to replacing their laying flock more frequently by bringing in a new flock of laying hens. The young hens start over in the egg laying process with small and medium sized eggs, working their way up to extra-large and jumbo sized eggs toward the end of their laying lifespan. As a result, more frequent replacement has meant chickens do not produce large size eggs for as long as they did in the past.

Are white eggs ever colored (painted or dyed) brown to increase their appeal?


ELLE DECOR June 2007

45 What's Hot!
Dispatches from the world of design.

52 Stylish shops from New England to New Mexico

58 Designer William Emmerson's seductive body of work

62 Design Dossier
Great books, garden tours, and more. By Sophie Donelson

66 Trend Alert
Dusty rose is casting a pretty blush. By Anita Sarsidi

70 Insider Trading
What's new in the showrooms

76 Designer's Dozen
Playing favorites with Allegra Hicks. By Mitchell Owens

78 Great Ideas
Glorious garden paths that are guaranteed to lead you astray. By Samuel Cochran

82 RSVP
Cause and effect: DIFFA's Dining by Design New York

90 Truth in Decorating: The 10 Best Tables for the Outdoors
Designers Sheila Bridges and Christopher Coleman see what's new under the sun. By Sophie Donelson

98 Daniel's Dish
The ultimate crab cake sandwich. By Daniel Boulud

110 ELLE DECOR Goes to Portland
What to see and do in Oregon's coolest city. By Chris Lydgate

186 Resources
Where to find it. By Molly Sissors

192 Etcetera
Pour it on with a perfect pitcher. By Alison Hall

FEATURES

130 Prairie Home Companion
Julie Greenwood's paradise is a simple limestone house in the heart of the Texas Hill Country. By Rob Brinkley

142 Perfect Match
During a Hamptons renovation, Kristina and David Rosenberg discover that obsessions run in the family. By David Colman

148 A Backward Glance
Globe-trotting conductor William Christie stops to smell the roses at his elegant French hideaway. By Gary Gunderson

154 The Pursuit of Happiness
Kevin Carrigan and Tim Furzer's 1920s Cape Cod is the embodiment of cool, calm, and collected. By Mitchell Owens

164 Shopping: Summer Stock
Sixty-three sensational hostess gifts and just one little problem: You'll want to keep them for yourself. By Anita Sarsidi

172 Dress Code
In Southampton, a prefab turns pure fab&mdashall because of a little green dress. By Debbie Bancroft

178 Beyond the Box
Bill Ryall and Barry Bergdoll build a mod new home with the spirit of their old Greek Revival. By David Colman


Three local flower farms are cultivating communities around eco-conscious blossoms.

By Carly Scholl

In this burgeoning age of global consciousness, such terms as “slow food” and “fast fashion” describe, in essence, the various values we place on the products we consume. Instead of the ready-made meal handed through the window of a drive-through, we’re rediscovering the value of a basket of seasonal vegetables passed over a farmers market folding table. Ever-expanding landfills of synthetic materials are causing sartorialists-on-a-budget to reconsider the true cost of a $9 blouse made in Malaysia. Our exposure to the far corners of the world is expanding, but our collective focus is beginning to shift back to our own backyards in an effort to highlight sustainability over convenience and community over consumerism.

“Slow flowers” is the latest movement to celebrate eco-consciousness and local economy, with farmers and florists all over the country calling on customers to stop and smell the roses grown in their own cities rather than the ones packed daily into jumbo jets and flown to supermarkets from such countries as New Zealand and Zimbabwe. By seeking out local growers who use sustainable farming practices, consumers are embracing an ethos that values shopping seasonally and responsibly.

An armful of dahlias, statice, clover and amaranth, all grown at Whipstone Farm.

The term “slow flowers” was coined in 2012 by author, speaker and agricultural advocate Debra Prinzing. While working as a Seattle magazine editor, she began meeting the friendly faces behind small flower farms around the country. “There are farmers who really care about the environment, about preserving heirloom floral varieties and the importance of seasonality. I wanted to shine a light on them. Once consumers meet these people, they get drawn into the story.”

Prinzing founded an online directory in 2014, where users can find the slow flower farms and florists in their cities who are committed to the tenets of the movement. “There is a rich history of cut flowers in Arizona that went by the wayside as the cost of business went up over the years,” she explains. “But there are farms throughout the state that are rejuvenating their local regions with fresh botanicals grown responsibly and sustainably. And if you’re a plant lover, you will find your tribe in your own community.”

We take a look at three flower farms in Arizona and the passionate people behind them.

Whipstone Farm

Bursting with vibrant life under the wide blue sky of Paulden—a rural town located about 25 miles north of Prescott—the 18-acres of cultivated land known as Whipstone Farm began as a humble backyard garden more than two decades ago. “My husband, Cory, was growing too many vegetables for one man and began peddling them door-to-door at neighbors’ houses,” recalls Shanti Rade. Cory eventually started selling his harvest at Flagstaff’s first farmers market, which was when Shanti came to work for him while studying at Prescott College. “One thing led to another,” she says, “and today we own Whipstone Farm together.”

While the operation started out as a small vegetable farm, Shanti began growing sunflowers and zinnias about 10 years ago to display at their market stand. “They were selling really well, and I realized that people can only buy so many vegetables in a week, but they never needed a reason to buy flowers,” she says. “Plus, I enjoyed growing them so much, that now about one-third of our crops are cut flowers.”

Northern Arizona’s arid climate and high altitude require Shanti, Cory and their team of about a dozen staff members to observe a more traditional growing season at Whipstone: summer months hum with the bustle of harvest, while slower winters are mostly spent anticipating spring. “One of the perks of being a grower and having a long season is there are a lot of flowers that are in their prime at different times,” Shanti says. “It’s never boring.”

Shanti Rade, co-owner of the farm, snips coral-hued snapdragons blooming in a greenhouse. Photo by Olivia Leon.

Frilly ranunculus, radiant dahlias and delicate sweet peas in ethereal shades of periwinkle and violet are only a few of the plant species grown on the farm. While those in the Prescott and Flagstaff areas can often find Whipstone’s blooming beauties at farmers markets, Shanti notes many local anthophiles invest in Community Supported Agriculture shares, which allow consumers to buy a subscription to the farm and receive a portion of the seasonal vegetable or flower harvest each week. “People sign up to reap both the rewards and the risks of farming through this program. It’s amazing to see them embrace that flexibility,” she remarks.

“In all honesty, it was a strange transition for me from growing food, which is a necessity, to growing flowers, which are seen as more of a luxury,” she says. “But I’ve come to see that people have a very emotional connection to them—whether through childhood memories, weddings or other special occasions—and I’ve garnered such satisfaction from selling these flowers and seeing the happiness they bring. I feel lucky that I get to have that experience.”

Known for their flounces of technicolor petals, Iceland poppies are a cheerful crop at Whipstone Farm.

Tre Soli

“I became an avid rose gardener after so many disappointing purchases,” explains the eponymous cultivator behind Anne E’s Garden Fresh, the cut-flower business she runs from her Scottsdale microfarm, Tre Soli. “Often, the roses I’d buy wouldn’t bloom before their heads drooped, and they all had an odd chemical smell that reminded me of the herbicides sprayed on medians and sidewalks. None of them smelled like a rose. Once I’d experienced the fragrance of cut roses in Europe, I wanted to find them at home. It turned out, though, that I had to grow them myself.”

With a background in teaching and nursing, Anne began growing vegetables, herbs, citrus, roses and other flora at Tre Soli because of an innate passion for holistic wellness and organic practices. “The way I farm comes from the same places in my heart and head that want to nurture and nourish the whole person,” she explains. “I just wanted to grow fresh, clean food for my family. People, plants, animals, the air we breathe, the water we drink and the soil we grow in are all interconnected. And slow flowers are healthy flowers.”

Anne, a Maricopa County Master Gardener, had been growing slow flowers and produce long before Prinzing defined the practice in words. “She gave a name to what I’d already been doing,” she says. “She called this community of kindred spirits and growers to come together, support each other and make ourselves known. I was thrilled to know I wasn’t the lone voice in the desert.”

At the verdant grounds of Tre Soli, profusions of unique rose varietals blossom within steps of blooming native desert plants, such as penstemon and chuparosa. Fragrant herbs grow nearby, while voluptuous tulips in surprising hues of wine and brown sugar emerge from the ground. Edible flowers, including pansies, lavender, Johnny-jump-ups and snapdragons, are a favorite